A lire absolument

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

A lire absolument

Message  Pascal le Mer 15 Sep - 23:11

Prenez le termps de lire ceci :
Communiqué de presse du SIA (Syndicat des Inspecteurs d'Académies) du 16 juin 2010
Les réformes engagées dans l’Education Nationale interrogent les responsables du système éducatif et au
premier chef les Inspecteurs d’Académie qui sont souvent en difficulté pour défendre devant les enseignants
et les parents les décisions ministérielles.
Les instructions qui se succèdent donnent une image brouillonne de la gouvernance du ministère et ne tracent
pas les contours du grand dessein pour l’école dont le pays a besoin.

On nous demande de supprimer des postes alors que lutter contre l’échec scolaire et la violence à l’école
suppose plus d’adultes et plus d’éducation dans les établissements.
On nous demande d’augmenter les effectifs des classes, alors que la difficulté scolaire se traite avant tout par
une pédagogie différenciée d’autant plus difficile à mettre en oeuvre que les effectifs sont importants.
On nous demande de fermer les petits établissements ruraux alors que la circulaire Balladur de 1993, jamais
abrogée, interdit la fermeture de la dernière classe d’une commune.
On nous demande de ne plus scolariser les enfants de moins de trois ans alors que toutes les études montrent
les effets bénéfiques d’une scolarisation précoce dans les milieux les plus défavorisés.
On nous donne en exemple le modèle finlandais dont la formation des enseignants est un élément clé de la
réussite tandis qu’on réduit le temps de formation des professeurs français.

Comment expliquer cela aux parents d’élèves, aux enseignants ? Quelle en est la logique si ce n’est une
logique uniquement budgétaire ?
Dés lors, les Inspecteurs d’Académie dont on ne peut douter de la loyauté s’interrogent devant les risques de
dégradation du service public d’éducation dont les conséquences, à l’heure de la mondialisation, se
mesureront à terme sur les performances et la compétitivité de la France ! D’autres pays ne s’y sont pas
trompés comme l’Allemagne, souvent citée en exemple qui a fait le choix de ne pas réduire ses dépenses
d’éducation.

Le SIA rappelle que des Inspecteurs d’Académie ont été victimes de retraits d’emplois pour avoir tenu à faire
prévaloir l’équité dans la gestion des moyens. Nous avons tous, en tant que cadres responsables, conscience
de la nécessité de contribuer à la réduction de la dette publique, mais dans l’Education Nationale plus que
partout ailleurs chaque action de réduction budgétaire doit être pensée dans une perspective de long terme et
non à l’aune d'échéances économiques immédiates.

Sur tous ces dossiers qui conditionnent l’avenir du système éducatif, le SIA regrette que Luc CHATEL n’ait
pas cru devoir le recevoir, malgré l’engagement de son directeur de cabinet et des demandes répétées qui lui
ont été transmises.

Version originale : http://affordance.typepad.com/files/sia160610-protest-ia.pdf

_________________
"Pour faire de grandes choses, il ne faut pas être un si grand génie: il ne faut pas être au-dessus des hommes; il faut être avec eux." Montesquieu
avatar
Pascal
Rang: Grand Sage du Forum
Rang: Grand Sage du Forum

Messages : 236
Date d'inscription : 22/01/2010
Age : 44
Localisation : Bagnols sur Cèze

Revenir en haut Aller en bas

Rapport de l’Inspection Générale de l’Education Nationale-Juillet 2010

Message  laam40 le Mar 26 Oct - 1:20

Bonjour à tous,
Le document que tu as mis en ligne est très intéressant. J’ignorais son existence. Merci pour le partage. Que ceci soit dit au passage.

Il faut dire que l’IGAENR (Inspection Générale de l’administration de l’Education Nationale et de le Recherche) ne cache plus son malaise à devoir appliquer une politique éducative qu’elle désapprouve même si c’est dit à demi-mot. Ce malaise est bien tangible à la lecture de sa synthèse (*), qui aurait due rester confidentielle, sur la préparation de la rentrée scolaire 2010 .

On constate ce malaise, ipso facto, chez nos IA-IPR du secteur STI, en particulier, qui sont partagés entre la bonne volonté de faire vivre cette filière et le manque cruel de moyens financier (plus importants qu’ailleurs) et humain pour y parvenir. Contre mauvaise fortune, bon cœur !

A mon sens, ils assistent impuissants à l’agonie de la filière STI (et nous avec) qui s’écroule sous le poids de la loi RGPP et de la loi mobilité des fonctionnaires. Ces lois commencent leurs ravages ! Elles sont là justement à cet effet, c. à d. pour réduire les moyens et le personnel.

Clain d’œil sur l’actualité. On pense à ce que nos enfants ne payent pas demain la dette que nous avons (ou aurons) contracté. C’est bien ! Mais, est-ce qu’on leur donne à l’école aujourd’hui ce dont ils sont besoin demain ? Je n’en suis pas sûr.
Un peu bizarre quand même, Nos parents ont tout fait pour notre éducation (école) et ils en sont fiers. Quant à nous on fait tout le contraire et, personnellement, je n’en suis pas fier !

(*) http://www.snes.edu/Rentree-2010-Rapport-de-l-IGAENR.html

Votre collègue Prof en STI Electronique

laam40
Rang: Sage du Forum
Rang: Sage du Forum

Messages : 137
Date d'inscription : 10/10/2010
Localisation : Montpellier

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum