CHATEL : Point d'étape - Sondage IPSOS

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

CHATEL : Point d'étape - Sondage IPSOS

Message  laam40 le Lun 20 Déc - 21:38

Bonjour à toutes et à tous,

Point d'étape année scolaire 2010-11

Sondage IPSOS réalisé auprès de 700 enseignants, 300 chefs d'établissements, 500 parents d'élèves de la maternelle à la terminale.

Question : Parmi les mesures suivantes pouvez-vous me dire si vous pensez que c'est une bonne chose/mauvaise chose ? Une de ses mesure est :
La nouvelle classe de seconde devenant une vraie classe de détermination dans le cadre de la réforme du lycée.

Réponses :
Parents d’élèves : 54% - Enseignants : 33% - Chefs d’établissements : 86%

On dit que l'on peut faire dire ce que l'on veut aux sondages. Alors, je dis ce que j'en pense.

Comme interprétation possible de ses résultats :

1- On imagine bien les moyens colossaux dont dispose le ministère pour la pédagogie et la communication pour faire la promo de cette reforme. Au final, 1 famille sur 2 pense que cette classe de seconde n’est pas une bonne chose. Si nous étions aussi mauvais en pédagogie que notre ministre, je ne vous dis la pub qu’on nous aurait faite !

2- 1 profs sur 3 pense que ce n’est pas une bonne chose. Ce n’est pas surprenant s’agissant de la race des râleurs, les eternels insatisfaits. Sauf que, lors d’un audit concernant les heures d’accompagnement personnalisé qui s’est déroulé à Sète le 16 décembre dernier, les IA-IPR nous ont qualifiez d'experts professionnels de la pédagogie argumentant ainsi le fait qu’un prof de lettre peut accompagner un élève pour faire ses Maths ! Alors, le résultat 33%, est à considérer ou pas ? Les deux mon Général !
On se demande jusqu’où cette reforme va pousser l’absurdité des propos tenus ici et là par des administrateurs responsables qui, à l’évidence, sont complètement déroutés à force de soutenir une reforme elle-même absurde ?

3- Presque 9 chefs d’établissements sur 10 ont compris la pédagogie ministérielle et jugent que cette classe de seconde… Normal, car l’acquisition de l’autonomie des établissements leur donne des ailes pour voler au secours du ministre et cette compréhension fait surgir en eux du zèle qui les mènera à devenir de vrais patrons à décider de quel "bon" prof embaucher dans leurs établissements et/ou quel "mauvais" prof licencier. La loi mobilité prévoit les CDD et le recours à l’intérim dans la fonction publique !
Remarque : 54% + 33% = 87%. Ils sont de vrais entrepreneurs !

C’est assez curieux ce que nous vivons, en ce moment, comme climat dans notre maison éducation nationale !

A chacun son intérêt dans cette fichue reforme :
- Le ministère : faire des économies pour répondre aux directives européennes au non du sacro-saint déficit public !?
- Les chefs d’établissements : rêvent de devenir des patrons dans des locaux de l’état employant du personnel de l’état.
- Elèves (nos enfants), Parents, Profs, CPE, Surveillants, Infirmières scolaires, Médecins scolaires, COP, Documentalistes,... ce qui constitue la grande partie de cette famille éducation nationale se trouvent comme des poissons dans un lac asséché. Car, tout simplement, le cours d’eau qui alimente ce lac est dévié. Quel virage pour la France !

C’est une braderie absolument intolérable ! Aucun des 27 pays européens, même en faillite, ne pratique ce modèle français. Normal, on est fort !

Enfin, c’est juste mon avis.

laam40
Rang: Sage du Forum
Rang: Sage du Forum

Messages : 137
Date d'inscription : 10/10/2010
Localisation : Montpellier

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum