après le HCE, le CIC dit non !

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

après le HCE, le CIC dit non !

Message  fredibi le Sam 5 Fév - 20:50

Voici un courrier d'un collègue syndiqué à la CGT Educ'Action :

Cher-e-s camarades,

De nombreux mails s'échangent sur la liste de discussion lycée-ftp sur la réforme STI 2D qui doit être mise en place en septembre 2011. Je transfert ce mail également à la liste de discussion CNU de façon à informer largement le syndicat sur l'étape dans laquelle nous nous trouvons aujourd'hui.

Le CIC (comité interprofessionnel consultatif qui gère la définition des diplômes professionnels et technologiques en "concertation" avec les représentants des organisations syndicales des salariés, celles des patrons, les organisations syndicales représentatives de l'Education et les présidents, ou leurs représentants, des différentes CPC) s'est réuni le vendredi 4 février.

Il s'agissait de la troisième réunion pour le même sujet : la première a été annulée pour vice de forme à la demande des orgas syndicales, la deuxième fois pour absence de quorum. Peu de monde donc, mais plus de quorum exigé.

Les votes exprimés sur les programmes qui doivent mis en place à la rentrée 2011 ont été négatifs (sauf ceux du français...je pense qu'il s'agit d'une maladresse d'une orga qui s'est abstenue puis a voté contre tous les autres programmes).
Contre : 6 abst : 1 ou 2 (suivant les programmes) pour : 4 ou 5. (les représentants de différentes CPC ou des syndicats patronaux)

Le CIC a donc repoussé l'adoption des nouveaux programmes de STI, comme l'avait précédemment fait le CSE.

Ce n'est pas ce vote qui arrêtera le ministère ( il peut passer outre) mais c'est un élément supplémentaire pour convaincre les collègues du caractère néfaste de cette réforme .

Les échanges ont été assez "vifs" avec l'inspecteur général de STI, Norbert Perot qui ne cesse de répéter que tout se passe très bien et qu'il n'y a pas de difficulté dans la mise en place de la réforme, ni d'hostilité des collègues !

Il a affirmé que l'ARF (Association des Régions de France) ne s'opposait pas à la réforme et qu'elle avait donné son aval le 6 mai 2010 : vote à l'unanimité du CEN sur l'approbation des "normes". D'après ce que j'ai compris, il s'agit d'une instance de vérification de la faisabilité dans la mise en pratique des réformes décidées par l'état vis à vis des collectivités territoriales. Les juristes du syndicat pourront nous éclairer...

Toutes les orgas ont fortement insisté sur le mécontentement grandissant des collègues devant les conditions de la formation précipitée et l' l'inquiétude sur leur avenir (Mesure de carte, suivant quel choix, surcharge de travail effarante, pas de remplaçants devant les élèves..)
Perot nie quasiment tous ces dysfontionnements, il assure que tout sera prêt grâce, entre autre, à l'auto formation avec le "e-learning ".
Il a affirmé que la durée moyenne dans les académies de formation pour cette année est de 12 jours.

Plusieurs académies ont commencé ces formations et c'est souvent l'occasion de faire monter la pression contre la réforme, comme cela a été le cas à Paris. Les collègues à l'appel de la CGT Educ et du Snes Paris ont décidé de se retrouver le mercredi 9 février pour voir la suite du mouvement. J'ai d'ailleurs invité cordialement Perot à y participer pour qu'il soit enfin confronté à la vraie vie, et non pas à celle qu'il imagine de son bureau au ministère. C'est lui qui avait affirmé que la réforme du bac pro 3 ans était une grande réussite et qu'il espérait qu'il en serait de même pour celle de STI !

Plusieurs camarades attendent beaucoup d'éventuels recours juridiques. Le ministère, les rectorats disposent d'une assez grande latitude pour mettre en place la réforme, notamment dans les implications sur les mesures de cartes scolaires.
Des recours juridiques peuvent être déposés, ils doivent l'être par les intéressés eux-mêmes. Philippe et Jean-Pierre ont répondu à plusieurs camarades qui les interrogeaient dans ce sens.
Le rapport de force que nous pourront créer permettra que l'arbitraire le plus absolu ne s'applique dans le choix des collègues formés, dans les conditions de la formation ou dans la désignation des MCS.
La grève du 10 février doit être l'occasion de mettre dans notre communication médiatique le refus de cette réforme, les consquences désastreuses qu'elle va avoir pour des milliers de collègues et le sabordage de la spécificité de la voie technologique auquel elle va aboutir.

Bien syndicalement

Alain VRIGNAUD,
représentant CGT Educ'action au CIC, responsable pôle FTP.
avatar
fredibi
Rang: Fidèle du Forum
Rang: Fidèle du Forum

Messages : 26
Date d'inscription : 27/10/2010
Localisation : Blois

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum