Des lycées en grève le 22 février

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Des lycées en grève le 22 février

Message  Pascal le Dim 28 Fév - 22:48

A Marseille, lycée Pagnol bloqué ce matin par les lycéens, et les profs ont voté majoritairement la grève en AG. Annulation du bac blanc donc. Reconduction de la grève à voter à l'AG de demain.

Toujours à Marseille, au lycée St Charles :

A Saint-Charles, il y a demain une heure d'information syndicale de 11 à 12. L'après-midi est banalisée. 3 inspecteurs débarquent à 14 h pour nous "vendre" les bienfaits de la réforme. On a décidé de vider la salle et de faire une AG ailleurs.
A Marignane, les profs du lycée professionnel Blériot sont en grève

Depuis ce matin, les profs du lycée professionnel Blériot à Marignane sont en grève.
Soutenus par les parents d’élèves FCPE, ils protestent contre la perte de 41h de cours, soit l’équivalent de deux postes d’enseignants. Ce qui conduirait selon eux, à regrouper, pour les matières d’enseignement général, des classes de CAP très différentes, et à faire monter à 30 le nombre d’élèves pour ces disciplines. "Ce sont déjà des jeunes en difficulté scolaire, à 15 ce n’était déjà pas simple, alors à 30 ce sera mission impossible", déplorent les professeurs, qui sont partis au rectorat dans l’espoir de se faire entendre.
Et au Lycée Fourcade de Gardanne (13), ça s’agite aussi :

Le proviseur avait convoqué le conseil pédagogique de 14 à 17 heures cet après midi 22 février avec la présence de 3 IPR. Il avait demandé à chaque discipline de désigner un représentant. Les professeurs y sont allés à plus de 70 pour lire la déclaration ci-dessous, puis sont repartis . après un échange plutôt stérile. Il est resté 2 ou 3 profs dans la salle.

Les professeurs du lycée Fourcade sont présents aujourd’hui pour s’opposer à la tenu du conseil pédagogique prévu cet après-midi 22 février 2010.

Tout d’abord, siéger reviendrait à élaborer les modalités de mise en œuvre d’une réforme non votée par le Parlement, menée au pas de charge, sans concertation , alors même qu’elle va bouleverser l’enseignement en lycée et que la majorité des acteurs du système éducatif la regardent avec une grande suspicion.

Cette réforme en effet :

- Impose une baisse des moyens horaires dans la plupart des disciplines
- Sera extrêmement compliquée à mettre en œuvre au sein des établissements
- Fragilise un quart de l’horaire
- Sacrifie des apprentissages disciplinaires nécessaires à une illusoire remédiation fourre-tout.
- Programme la disparition des COPSY et leur remplacement par des enseignants qui devront faire le travail de ces spécialistes, sans avoir la formation nécessaire

Ils émettent d’ailleurs les plus vives réserves sur le principe même du Conseil Pédagogique tel qu’il est conçu avec cette réforme :

* L’élaboration des politiques éducatives au niveau local leur apparaît comme une manière rampante d’abandonner les programmes nationaux – elle en aggrave en tout cas fortement le risque -, ce qui amènera à court terme, par une stratégie du fait accompli, la remise en cause du baccalauréat.

* Elle va instaurer, de fait, une concurrence entre les établissements, une hiérarchie pernicieuse entre ceux qui seront considérés lycées d’élite et ceux considérés comme de seconde zone, ce que contribue déjà à mettre en place l’abandon de la carte scolaire.

* Le nouveau rôle qui doit être dévolu au proviseur les inquiète fortement. Celui qui a jusqu’à présent le rôle passionnant et difficile d’impulser et de coordonner l’action de tous se verra désormais également confier la progression de leur carrière. Comment ne pas voir que la fonction en sera profondément dénaturée, et que le rapport de pouvoir ainsi établi entraînera presque fatalement de délétères relations de subordination ?

* Les modalités de désignation des membres sont également contestables : nommés par le proviseur, ils ne seront pas forcément acceptés par leurs pairs. Les relations professionnelles en seront profondément modifiées. Ce serait un coup fatal porté à la collégialité et l’instauration d’une caporalisation dont l’efficacité reste à démontrer.

Dans les instances appropriées, les professeurs du lycée Fourcade appellent tous les corps de métiers de l’Education à manifester leur opposition à cette réforme qu’ils jugent dangereuse pour le service public d’éducation.

Ils aspirent à une autre réforme, menée dans la concertation, non guidée par des principes comptables, mais par des principes d’exigence dans la formation technique, intellectuelle et humaine de tous les jeunes, pour répondre aux immenses défis du monde de demain.

_________________
"Pour faire de grandes choses, il ne faut pas être un si grand génie: il ne faut pas être au-dessus des hommes; il faut être avec eux." Montesquieu
avatar
Pascal
Rang: Grand Sage du Forum
Rang: Grand Sage du Forum

Messages : 236
Date d'inscription : 22/01/2010
Age : 44
Localisation : Bagnols sur Cèze

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum