Fronde des Chefs d'Etablissements

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Fronde des Chefs d'Etablissements

Message  PierreLD13 le Lun 14 Fév - 22:48

Eux au moins, ils sont lucides....


http://www.lanouvellerepublique.fr/ACTUALITE/Education/Enseignement/Les-personnels-de-direction-refusent-d-appliquer-la-reforme

PierreLD13
Rang: Fidèle du Forum
Rang: Fidèle du Forum

Messages : 27
Date d'inscription : 15/12/2010

Revenir en haut Aller en bas

Des supérieurs hierarchiques dignes de ce nom!

Message  greg le Mer 16 Fév - 0:56

Il est agréable de constater qu'il existe des chefs d'établissements qui ne sont pas simplement que des collaborateurs (au sens le plus péjoratif du terme) se cachant derrière le devoir de réserve. Malheureusement, l'habitude d'obtempérer à tout, sous couvert "qu'ils n'y sont pour rien mais qu'ils sont obligés de le faire" est bien trop répandue parmi les chefs d'établissement mais aussi chez les iprs et les chefs de travaux.
Depuis le début, je manifeste mon désaccord avec cette réforme qui n'a pour but à mon sens que la détérioration du système en vue d'une privatisation prochaine de nos enseignements. Et je continuerai! Mais, en dehors du contenu de la réforme, se pose me semble-t'il un problème de mise en place de celle-ci sur lequel nous devons nous battre aussi.
En effet, dans le pire des cas, si ce gouvernement maintient la mise en place de cette réforme, en tant que fonctionnaire, je dois m'y plier. Par contre, nous subissons tous actuellement une politique de gestion des personnels qui répond, il me semble, assez bien à la définition suivante:
"Le harcèlement moral se manifeste par des agissements répétés, qui ont pour objet ou pour effet une dégradation des conditions de travail susceptible de porter atteinte aux droits du salarié au travail et à sa dignité, d'altérer sa santé physique ou de compromettre son avenir professionnel."
C'est bien la première fois en 15 ans de carrière que:
- mon chef des travaux me demande de venir SIGNER un papier pour savoir si je veux oui ou non suivre une formation. Il me semble que la formation STI2D en tant que conséquence d'une réforme devrait être obligatoire. Par ailleurs, jusqu'à présent, j'ai toujours été CONVOQUE à toutes les formations sans que l'on me demande mon avis. ET il faut bien sûr venir signer dans les 2 jours qui suivent!
- mon chef d'établissement me demande de SIGNER un papier pour savoir si:
"Je suis volontaire pour quitter l’établissement où un poste est supprimé et pour être affecté sur zone de remplacement et rattaché administrativement à mon établissement actuel"
"Je ne suis pas volontaire mais je suis pressenti (sic!) pour quitter l’établissement où mon poste est supprimé en fonction des critères suivants : ……………………………………(à compléter par proviseur)"
Bien évidemment, mon chef des travaux m'avait avant montré (car il le découvrait juste au moment où j'étais dans son secrétariat! le hasard quand même) que dans la liste des postes vacants en collège, il y en avait un près de chez moi. Il faut là aussi venir signer bien sûr avant dix jours!(eux ont mis 5 jours à transmettre le mél!))
- un inspecteur qui en réunion répète à trois reprises qu'il n'y aura pas de pertes de poste dans l'académie et qu'il n'y a pas de raison de s'inquiéter. C'est pourquoi, rien n'est encore prévu et que l'on fera du cas par cas pour les quelques collègues concernés par d'éventuelles suppressions.
- le lendemain un autre inspecteur qui dit "c'est évident qu'il y aura des pertes de postes! il suffit de compter les heures en moins!"(je l'ai félicité pour sa franchise!Pour dire où l'on en est arrivé!). Mais rien n'est prévu pour les collègues perdant leur poste.
- des principaux de collèges qui ont été avertis, eux, il y a déjà longtemps que de nombreux profs de STI "qui ont peur des élèves de collèges vont arriver dans leur établissement!"
- une inspection qui reconnait quand même que ce sera difficile d'être correctement formé l'an prochain mais que, bon, dans 2 ou 3 ans, ça ira!
- une inspection qui dit aussi que si dans 2 ans on n'a pas plus d'élèves on ferme tout!
- un papier à SIGNER encore une fois qui précise que:
"en cas d'absence de poste volontairement libéré, la détermination des postes reconduits pour les nouveaux enseignements de STI2D sera effectuée, en liaison avec le Rectorat (corps d'inspection et DRH), en fonction des compétences et de la polyvalence attendues, de la motivation et de l'engagement dans le plan de formation pluriannuel."
A priori, il est clairement indiqué ici que l'on ne respecterait pas les règles de suppressions de postes! Dans la mesure où, à ma connaissance, c'est illégal pour l'instant, quel autre but que de faire peur aux personnels a ce papier?

Bref, je pense que nous avons tous de nombreux exemples oraux, écrits mél ou papier, correspondant à des situations/commentaires du type:
- prévisions visiblement ubuesques : future augmentation de 35% du nombre d'élèves en STI (dires inspection), nombres d'élèves en augmentation pour les sections STI dans toutes les DGH prévues
- prévisions contradictoires: baisse des effectifs prévu dans les documents donnés pour la préparation des capa au syndicat!
- volonté de mettre les personnels sous pressions:
* nombre de papiers qu'il faut absolument signer (pour notre bien!) en constante augmentation et toujours dans des délais qui ne laissent le temps ni à la concertation ni à la réflexion! Et pour des choses qui relèvent normalement du choix de notre administration!
* les proviseurs (qui pourtant touchent une prime exprès) aidés de leur chef des travaux ne veulent surtout pas assumer leurs rôles et leurs responsabilités: c'est à nous de nous porter volontaires pour perdre nos postes!
- volonté de mettre les personnels en situation d'incertitude: quoi qu'on demande en terme de changement de postes, de formations, de changement de statut (prof STI2D), de changement de matière ou de corps, il est impossible d'avoir des règles claires et encore moins des engagements écrits. La réponse est toujours: on verra plus tard!

Cette méthode de gestion du personnel répond pour moi parfaitement à la définition et au méthode de management utilisant le harcèlement moral: mise des personnels en situation de précarité et d'incertitude, propos contradictoires et/ou incohérents, individualisation à outrance! Sachant que ces méthodes de management n'existe que parce qu'il y a des gens pour les mettre en œuvre, n'y aurait-il pas possibilité (à voir avec les syndicats) d'attaquer tous ces "bons collaborateurs" pour harcèlement moral? Ou devra-t'on se contenter dans quelques temps comme chez France Telecom d'un film à la télé?


Dernière édition par greg le Mer 16 Fév - 1:13, édité 1 fois

greg
Rang: Novice
Rang: Novice

Messages : 5
Date d'inscription : 04/03/2010

Revenir en haut Aller en bas

Bravo.

Message  PierreLD13 le Mer 16 Fév - 1:08

Tu as malheureusement entièrement raison. J'ajouterais juste que sans cette paponisation qui a envahi une grande partie de la fonction publique, cette réforme inepte n'aurait même pas pu voir le jour. La servilité est préfèrée aux compétences...

PierreLD13
Rang: Fidèle du Forum
Rang: Fidèle du Forum

Messages : 27
Date d'inscription : 15/12/2010

Revenir en haut Aller en bas

SUR NANTES AUSSI !!!

Message  fplana le Jeu 17 Fév - 17:47

sur L'académie de Nantes aussi une action de ce type est prévue :

http://www.snpden.net/_lettre_info/liens/169-1.pdf


fplana
Rang: Fidèle du Forum
Rang: Fidèle du Forum

Messages : 33
Date d'inscription : 01/12/2010
Age : 46
Localisation : SAUMUR

Revenir en haut Aller en bas

Re: Fronde des Chefs d'Etablissements

Message  Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum